LA DROGUE

 

 

Une substance psychotrope n'est ni bonne ni mauvaise en soi, c'est l'utilisation que l'on en fait qui détermine sa nocivité. Cependant, dans la mesure ou l'utilisation de telles substances est très rapidement mauvaise pour la santé, le champ des applications saines est probablement très réduit.

 

 

L'utilisation néfaste et insensée de ces produits, est actuellement très largement répandue.

 

 

L'interprétation classique consistant à diaboliser les produits (blame-t-on le marteau lorsqu'un enfant se tape sur les doigts) et les rendre souvent illicites (les faisant passer avec leurs concommateurs dans un marché noir extrêmement violent et morbide) est cependant fallacieuse et ferme les yeux sur la réelle source de ce problème de santé publique.

 

 

L'approche opposée tout aussi classique consistant à valoriser leur consommation, en faire un symbole de rebellion, ou croire qu'il est tout à fait normal d'en avoir une consommation dite "récréative" régulière est tout aussi fallacieuse puisque quoi de mieux pour tuer la rebellion ou le bonheur que l'auto-destruction.

 

 

Non, la consommation de drogues dures (cocaïne...), fortes (alcool, cannabis, "médicaments"...) ou douces (café...) de manière incompatible avec la santé est un symptôme de grave problème social.

 

 

C'est le symptôme d'une société gravement malade, totalement inapte à permettre une réalisation correcte des humains qui la composent.

 

 

Cela se justifie pour des drogues extrêmement morbides comme l'héroïne et la plupart des drogues chimiques, mais interdire les drogues semble bien ne rien changer au véritable problème; évidemment, puisque c'est un symptôme. Pire, cela semble aggraver nettement la situation sur enormément de points, en divisant, stigmatisant, rendant la rémission difficile et facilitant la "descente aux enfers" des usagers... Mobiliser d'énormes moyens pour des drogues plus douces, c'est autant en moins pour celles qui sont vraiment rapidement dangereuses. Sans compter que cela crée aussi une forte dissension très néfaste socialement entre la jeunesse et les forces dites "de l'ordre"...

 

 

Il n'y a un besoin de consommer de la drogue pour s'évader que si la réalité vécue donne envie de s'enfuir. En effet, lorsque les individus réussissent à se réaliser pleinement en accord avec leur être dans un milieu sain et favorable à leur épanouissement, ils ne sont absolument pas attirés par la drogue. Au contraire, le fait qu'elle entrave leur cheminement et leur bonheur devient évident.

 

 

L'utilisation des drogues comme béquille (cocaïne, alcool...) est aussi un symptôme de l'incapacité de la société à fournir les clefs d'un épanouissement individuel satisfaisant. Un individu ayant pu trouver facilement le temps nécessaire, les outils, informations et pratiques permettant une bonne connaissance de soi et un bon équilibre interne ne verra là encore qu'une entrave dans la consommation de drogues dans ce but puisque l'illusion de ce qu'elles semblent apporter devient évidente tout autant que l'importance de ce qu'elles enlèvent à l'équilibre et par conséquent au bonheur général.

 

 

L'utilisation des drogues pour ce que l'on appelle "l'initiation sauvage" est extrêmement néfaste. C'est aussi le symptôme d'une société inadaptée à l'humain et dysfonctionnelle, occultant totalement le développement spirituel et la multidimensionnalité de l'être ou, pire, la ridiculisant ou l'abordant de manière puérile et simpliste en divisant les courants au lieu de permettre une compréhension mutuelle.

 

 

La  clef individuelle consiste à comprendre le phénomène de la dépendance qui est toujours le même et de s'en défaire de petit à petit par la présence dans l'acceptation de l'instant, ainsi que de passer progressivement des dépendances néfastes à des fonctionnements sains et heureux, afin de ne dépendre petit à petit, plus que de son cheminement accordé et ne trouver son bonheur, en définitive, plus que dans des choses saines, naturelles et facilement accessibles, se rapprocher de la véritable liberté, quoi.

   Un exemple? Aller marcher dans la nature... Reprendre contact avec elle, vraiment... jusqu'à le ressentir... La respiration consciente... Manger un fruit... Prendre le soleil... Etudier, échanger sur ce qui nous passionne vraiment ou le pratiquer... Avancer sur notre voie réelle de réalisation du soi... Régénérer le physique... L'activité physique intelligente... Les relations avec ceux qui nous correspondent et vont dans le bon sens... Caresser un chat... Regarder la vie... la sentir... la ressentir.

 

 

Nota bene : Des états de conscience (dit "modifiés") similaires à ceux atteints par des consommations psychotropes ainsi que d'autres, plus interessants car mieux compris et intégrés, sont accessibles par le travail interne > Pratiques à long terme pour préparer le terrain (Santé, équilibre, ouverture et développement du potentiel) et pratiques ponctuelles pour contrôler l'état de conscience.

 

Ex : Méditations, notament le contrôle de la respiration par un mécanisme d'action sur le système nerveux autonome*.

 

Ce cheminement, qui est emprunté d'une manière ou d'une autre par tous les courants spirituels, notamment le chamanisme actuel, implique une grande discipline et compréhension personnelle afin de garantir un développement cohérent (l'aspect "consommation de psychotrope" n'étant en général qu'un tout petit aspect parfois facultatif du chamanisme).

 

Il est d'ailleurs important de noter aussi que, si la drogue donne artificiellement, ponctuellement, eventuellement facilement un plaisir en premier lieu et un aperçu d'autres champs de conscience bien que presque tout le temps abordés du coup de manière absurde et incontrolée, elle éloigne** par la même occasion, chaque fois un peu de l'équilibre permettant de les atteindre naturellement et complètement ainsi que l'équilibre permettant un plaisir plein naturel quotidien.

 

 

 

* Système nerveux autonome : Système nerveux relativement autonome à contrôle conscient indirect (respiration, battements cardiaques..) se divisant en deux systèmes travaillant de concert :

- le système sympathique (ou orthosympathique) d'accéleration, action, stress, survie par l'action

 

>>> stimulé par excitants ou respiration rapide, rythme cardiaque élevé, pensée générant dynamisme et confiance

 

- le système para-sympathique, ralentissant, détente, permettant digestion, régenération, survie par l'immobilité amenant sommeil ou états intermédiaires (ouvrant à d'autres dimensions du réel > notamment l'imagination)

 

>>> stimulé par calmants ou respiration lente, rythme cardiaque lent, pensée focalisée sur respiration ou autre objet de méditation ou libre cours et imaginaire

 

 

** sauf cas exceptionnels. Dont vous ne faites pas partie, non non, arrêtez vos conneries...

 

 

 

Bonne journée

 

 

Tout cela dit, les ressentis du réel physique présent ont déja un intéret non négligeable... A bon entendeur... salut!