LE BIEN ET LE MAL

Il est impossible pour un humain de juger de ce qui est bien ou mal dans l'absolu. Le coté sain ou néfaste de nos actions se révèle dans le rapport à la situation. La réalité dans laquelle nous évoluons étant relative, il faut en avoir une appréhension dynamique pour être pertinent.

 

 

Dans ce cadre dynamique, et à notre échelle d'existence (celle qui nous concerne, allias : vous n'êtes pas Dieu ou alors un tout p'tit bout) nous pouvons appliquer le discernement. Il se  comprend et se ressent.

 

 

Il y a ce qui sert la vie pour tous, l'harmonie, ce qui est motivé plus moins consciemment par l'amour et la vérité (au sens large). Cela suit les principe du vivant, de l'harmonie universelle. C'est ce qui doit se passer dans le champ de conscience et ce vers quoi doit être orientée l'intention pour vivre dans le bien. Pourquoi?.. Parceque c'est comme ça.

 

 

D'un autre côté, il y a ce qui entrave, dessert la vie; ce qui apporte la dysharmonie, la division par l'illusion, la pollution et la destruction inadéquate par l'ignorance.

 

 

L'harmonie et la dysharmonie s'entremêlent dans notre réalité vécue et donnent ainsi différentes nuances. Ce qui importe c'est le sens de notre mode d'être et d'action global là ou on en est, le bon.

 

 

Dans de nombreux courants sont présents les équivalents du yang et du yin afin d'appréhender la réalité dynamique. Il y a le principe manifestant créateur donnant l'impulsion yang et le principe récepteur fournissant l'accueil nécessaire. Manifestant, manifesté.

 

 

Ce sont deux aspects d'une même réalité, un même tout. Ils peuvent être mis en oeuvre sainement dans notre vécu, ou non..

 

nous en subissons les conséquences...

 

 

...Ah oui !