LA TRANSITION (EN MARCHE VERITABLE)

 

 

Les structures, entitées unitaires, doivent se développer en plein accord avec la société symbiotique, être le plus ouvertes possible universellement à l'humain notamment dans le partage au delà des préjugés (ça paraît évident, ça ne l'est actuellement pas du tout en dehors des discours), tout en restant hermétiques et protégées des exploitations et destructions par l'égo et les structures, "fonctionnements" et comportements en découlant (notamment ce qui est actuellement désigné par le terme "économie").

 

 

Les espaces, groupes et structures unitaires accueillent les humains en prenant bien garde de canaliser leur énergie d'abord dans leur intérêt de manière constructive pour tous.

 

 

Cela implique un échange préalable permettant de connaître les aspirations, envies et besoin actuels réels des individus souhaitant participer à l'activité afin de faire de leur contribution constructive d'abord un bénéfice personnel pour eux (Réel, selon leur propre jugement et non une justification prétendue visant consciemment ou non à dissimuler un "fonctionnement" exploitant). On n'utilise pas un humain, on collabore avec lui (bien entendu, ces mots sont, comme tous les autres, régulièrement utilisés aujourd'hui de manière pernicieuse). Cela, car dans le cas contraire, malheureusement, l'action serait dès le départ dysfonctionnelle sur le plan social. Il s'agit en effet de se protéger de l'égo tant en interne qu'en externe en gardant lucidité sur les besoins réels du moment comme du long terme.

 

 

Cela demande une transparence et honnêteté totale de ces "structures unitaires" afin que les individus intéragissant avec elles sachent exactement quels seront les aboutissants de l'utilisation de leur action. Cela afin d'empêcher l'utilisation et la reprise des fonctionnements sains de partage par des exploitations égoïstes.