LE MODELE DE BASE

 

 

Le modèle de base de la société symbiotique est, comme dans la nature... fractal. C'est à dire que sa réalité se structure sur un modèle unitaire répondant à des principes précis, ceux du vivant. C'est un écosystème au véritable sens, naturel du terme, qui en s'assemblant avec d'autres écosystèmes humains de manière harmonieuse (au bénéfice des deux parties) va créer un écosystème à plus grande échelle, et ainsi de suite.

 

 

Les écosystèmes humains sont régis comme tous les écosystèmes par les lois du vivant. Simplement, ils contiennent l'humain et ont donc, en bon état, une structure permettant une vie humaine symbiotique pleinement satisfaisante, répondant à ses besoins et aspirations sainement.

 

 

Comme tous les écosystèmes, ils ont leurs similitudes puisqu'existant selon les mêmes principes vivants, et leurs particularités. C'est une expression de la biodiversité. Cette biodiversité est une propriété fondamentale, probablement la plus importante en terme de résilience, de survie. Elle doit donc être cultivée à tous les niveaux, protégée et renouvellée par un mélange naturel et régulier de ces écosystèmes, dans le cadre des principes naturels du vivant.

 

 

Comme tous les écosystèmes, la propriété fractale principale (extremement importante en terme de résilience aussi) est sa relative complétude. Je veux dire par là qu'un écosystème digne de ce nom, bien que ne contenant pas toutes les expressions du vivant, est suffisament complet pour être un point de départ de recolonisation totale et de régéneration de biodiversité.

 

 

 

La structure fractale de base de l'écosystème humain sain est donc celle-ci:

 

 

Une structure biodiversifiée répondant harmonieusement aux besoins et aspirations des humains et de toutes les espèces animales et végetales la composant, élevant des humains équilibrés, capables de survie autonome, acteurs coopérateurs et créateurs le plus pleinement conscients et responsables possible.

 

Une structure capable d'autonomie, dans le sens ou elle est capable si nécessaire de subvenir à ses propres besoins et se reproduire, voir être un point de départ de re-développement.

 

Une structure suffisamment ouverte pour permettre le mélange nécessaire à l'évolution et au renouvellement de la biodiversité, travaillant en collaboration, symbiose avec les autres écosystèmes, tout en étant suffisamment résistante et hermétique aux comportements délétères (provenant en géneral de l'égoïsme) pour être pérenne.

 

Elle participe à son échelle et avec ses moyens à aider tous les autres humains à s'établir de façon satisfaisante symbiotique.