SOCIETE SYMBIOTIQUE, SEUL MODELE VIABLE

 

 

Lorsque je parle de société symbiotique, il ne s'agit pas du résultat de patchs, de petits arrangements de surface que l'on aurait mis sur une structure dysfonctionnelle afin de l'habiller correctement, ce qui reviendrait à changer les tuiles d'une charpente aberrante et pourrie. En ce qui nous concerne, il ne s'agit pas non plus de perdre tous les acquis et savoirs accumulés par ce nouvel échec social.

 

 

Il s'agit au contraire de repartir sur de bonnes bases en tirant les enseignements ainsi que ce que les savoirs faire des experiences passées, en ne gardant que le meilleur et le fonctionnel. Quand je parle des expériences passées, j'entends non seulement la dernière et actuelle, mais toutes les précédentes dont les parties fonctionnelles ont malheureusement largement été dénigrées au profit de la dégénerescence, du "profit". Il s'agit de mettre cela et notre intelligence naturelle, notre bon sens, à l'oeuvre afin de nous établir d'une manière qui respecte le vivant, nous-même et tout le reste, tout simplement en suivant ses principes.

 

 

Une société symbiotique digne de ce nom, est une société qui prends racine dans la biosphère comme un arbre, dans une relation dynamique mais respectueuse du vivant parce qu'elle existe par ses principes.

 

 

Elle prend racine dans des fonctionnements écologiques réels, ne dépend que de fonctionnement écologiques réels, et se bati de cette manière à l'image du corps auquel elle appartient.

 

 

Elle ne fait pas d'arrangements dépendants de fonctionnements délétères en fermant les yeux sur leur absurdité et le désastre qu'ils engendrent. Elle ne se complait pas dans une inconscience se mordant la queue en complexifiant et accelérant le mouvement afin que l'on ne s'apercoive pas de son absurdité.

 

 

Elle n'arrange pas une belle surface en rejetant dans l'ombre ce qui dérange puisque mal compris et mal canalisé. Ce faisant générant ainsi une scission, formant des groupes rejetant la faute sur l'autre et justifiant ainsi leur part de médiocrité qu'ils ne veulent pas voir en face.

 

 

Elle permet la croissance d'individus dans la direction de la connaissance réelle de soi, et qui existent en pleine honneteté avec eux-même et les autres parce qu'ils ont compris que c'est la meilleure façon d'exister. Elle sert des individus qui ont droit à l'erreur mais ne se complaisent pas dedans, surtout lorsque cela se fait aux dépens d'autrui et du vivant. Elle tend vers l'harmonie par la vérité en permettant une canalisation correcte des énérgies de la totalité de l'être, des individus, de la société, de la biosphère, parce quelles suit intelligemment ses règles.

 

 

 

Documenaires interessants :

 

Urgence de ralentir (Philippe Borrel)